juillet 13, 2020 6 temps de lecture

Le zéro déchet, c’est quoi ? C’est un mode de vie qui vise à diminuer notre impact écologique via la réduction des déchets, en particulier ceux qui ne sont ni recyclables ni compostables. Il survient généralement après la prise de conscience du nombre de déchets générés chaque année. Car quand l’on apprend que chacun de nous produit 568kg de déchets par an, soit le double d’il y a 40 ans, on comprend qu’il est nécessaire d’agir et de changer nos habitudes.

Et ne pensez pas que les efforts d’une seule personne sont inutiles : chaque geste écoresponsable compte ! Alors n’hésitez pas à suivre nos conseils et adoptez des gestes simples pour tendre vers le Zéro déchet.

1- Privilégions les produits écoresponsables

Viser le Zéro déchet, c’est dans un premier temps décider de modifier ses habitudes de consommation. Il est primordial de réduire ses achats, de se contenter du nécessaire en se questionnant sur le besoin réel du produit. Cela évitera le gaspillage.

La devise, c’est acheter moins pour consommer mieux. Favorisons les produits de meilleure qualité qui dureront plus longtemps. L’investissement sera ainsi rapidement rentabilisé.

Avant d’acheter, vérifions les matières premières utilisées dans le produit. Au lieu de choisir des produits en plastique extrêmement polluants, privilégions les matières alternatives écologiques et recyclables, comme le verre, le bois ou le tissu. S’il n’est pas possible de trouver un objet dans une autre matière, achetons-le en plastique recyclé. Portons en fait votre choix sur des produits fabriqués avec des matières recyclées et/ou sur des produits recyclables.

Une très bonne initiative est d’investir dans des produits réutilisables qui nous permettront finalement d’acheter moins. Un exemple très simple et facile à adopter, c’est de remplacer les bouteilles d’eau en plastique par une gourde Zéro déchet à remplir au robinet. On en trouve facilement chez des créateurs français et engagés (ici).

Un dernier conseil Zéro déchet : optez pour des produits fabriqués de manière éthique et demandant peu d’énergie !

2- Adoptons les cosmétiques solides

La salle de bain est la pièce de notre maison qui contient le plus de plastique. La source : les emballages et contenants des cosmétiques, ainsi que la composition des produits avec un taux élevé de produits chimiques et polluants.

La solution pour limiter ce plastique est d’adopter les cosmétiques solides, sans emballage ou au moins avec un emballage recyclable. Et pour être sûr de faire le bon choix, optons pour des cosmétiques avec la mention Slow cosmétique ! Pour vous aider, consultez les livres sur la Slow cosmétique en vente chez Pachamamaï.

Pachamamaï propose une large gamme de produits cosmétiques vegan et écologiques où l’on retrouvera des savons pour le corps (ici), des shampoings solides (ici), des déodorants solides (ici), des dentifrices solides (ici)…

 

 

3- Remplaçons les accessoires d’hygiène jetables par du réutilisable

Restons dans la salle de bain, mais intéressons-nous maintenant aux accessoires d’hygiène que l’on peut y retrouver. La plupart sont jetables, et donc polluants.

Il existe un certain nombre d’alternatives à ces accessoires jetables : des disques démaquillants lavables pour remplacer les cotons (ici), un cure-oreille en bambou réutilisable à vie (ici), des serviettes hygiéniques lavables ou une coupe menstruelle au lieu de protections hygiéniques extrêmement polluantes et mauvaises pour la santé (ici)…

Une façon de préserver notre santé et l’environnement, tout en faisant des économies.

4- Faisons de la récupération pour transporter nos produits

A la recherche d’un emballage pour transporter votre repas ? Un contenant pour ramener les courses à la maison ? N’achetons plus de sacs en plastique ou autres emballages jetables, et inspirons-nous plutôt des méthodes qu’utilisaient nos grands-parents.

Fouillons d’abord dans nos affaires à la recherche de chutes de tissu, de bocaux en verre, de bouteilles réutilisables, de boites à repas… Ce sont de très bonnes alternatives aux emballages plastiques alimentaires, et en plus cela donnera une seconde vie à ces contenants aux matières réutilisables.

 

 

Si l’on s’intéresse plus spécifiquement aux courses, pensez aux sacs en tissus parfaits pour les fruits et légumes, et aux tote bags très pratiques pour rapporter vos produits chez vous.

 5- Achetons en vrac

Parce que le meilleur déchet est celui qui n’existe pas, n’hésitez plus à adopter la vente en vrac, la vente de produits non pré-emballés, qui peuvent être frais ou non. Les contenants dénichés seront très utiles dans les nombreuses enseignes qui ont décidé de vendre en vrac.

Et bonne nouvelle : la France est aujourd’hui le pays le plus développé en matière de vrac ! Ces boutiques Zéro déchet sont donc de plus en plus abordables. Elles vous permettront d’adopter un mode de vie plus durable et sain. Et le saviez-vous ? Pachamamaï est membre fondatrice du Réseau Vrac qui se mobilise pour le développement de la vente en vrac (ici).

Pour mieux s’y retrouver, de nombreuses cartes interactives existent pour retrouver les magasins de vrac et zéro déchet les plus proches de chez vous comme celles du Réseau Vrac (ici) ou de l’université des Colibris (ici).

6- Installons un compost

Faire le tri de ses déchets, c’est un peu la base. Cela permet bien sûr de diminuer le volume de nos déchets, mais aussi de recycler ! Car si nous jetions tous nos déchets dans une même poubelle, les déchets recyclables seraient souillés par les déchets alimentaires, et il serait alors impossible de les transformer en matières premières secondaires.

L’étape suivante consiste à installer un compost chez nous, pour recycler vos déchets organiques ! Ils seront valorisés en se transformant en ressources alimentaires pour les insectes du jardin, l’idéal pour enrichir naturellement les plantes.

 

 

Si vous êtes citadin et n’avez pas d’espace vert mais seulement un balcon, la solution adaptée est d’investir dans un lombricompost – petit, inodore et très peu coûteux. Sinon, n’hésitez pas à consulter les cartes interactives qui vous indiquent les sites de compostage les plus proches de chez vous.

Et en l’absence de compost, certains déchets peuvent être valorisés (marc de café à mettre dans vos plantes pour éloigner les pucerons ou à utiliser comme gommage pour le corps !).

 7- Donnons une seconde vie à nos vêtements

Tirons un trait sur les multinationales qui ont instauré la « fast fashion », caractérisée par un renouvellement très rapide des collections de vêtements. Les vêtements sont certes à bas prix, mais cela nous pousse à consommer en abondance, sans prendre le temps de réfléchir. Nous les portons une fois, puis les laissons dans nos placards pendant plusieurs années avant de les jeter.

L’alternative à ces chaines de prêt-à-porter, ce sont les friperies ou même les vide-greniers qui nous proposent d’acheter des vêtements d’occasion, à des prix avantageux. Et cela augmentera considérablement leur durée de vie ! Nous pouvons également retrouver des boutiques en ligne zéro déchet spécialisées dans ce domaine-là. L’occasion de revendre nos propres vêtements.

Pour ceux qui ne seront utilisés qu’une fois, pour une soirée par exemple, la location fera aussi faire des économies.

Enfin, pour éviter de faire de transferts d’argent, nous pouvons toujours échanger nos vêtements avec nos proches ou les donner à une association.

 8- Testons le fait-maison

Pour continuer sur le thème de la mode éthique, pourquoi ne pas fabriquer nos propres vêtements et accessoires ? Faites ressortir la styliste qui est en vous : il vous suffit de réutiliser vos textiles usagés et de leur donner une seconde vie grâce au DIY Zéro déchet et à un peu d’imagination… 

Le fait-maison Zéro déchet s’applique pour plein d’autres sujets : arrêtons d’acheter des plats déjà faits et préparons-les plutôt nous-mêmes avec de bons ingrédients, fabriquons nos produits d’entretien grâce au vinaigre blanc et au bicarbonate de soude (lien vidéo vinaigre orange), confectionnons nos propres cosmétiques…

Il y a de quoi s’occuper !

9- Utilisons des moyens de transport plus écologiques

Le secteur du transport est l’un des plus contributeurs à la production de CO2 et au réchauffement climatique qui en découle. D’où l’importance de bien choisir ses moyens de locomotions pour limiter son empreinte carbone.

Pour les trajets courts, pas la peine d’utiliser des véhicules motorisés : optons pour la marche ou le vélo. En plus, c’est meilleur pour la santé !

 

 

Pour les trajets plus longs, pour aller sur notre lieu de travail par exemple, utilisons les transports en commun au maximum (bus, métro, train…), ou alors faisons appel au covoiturage.

Si un départ en vacances s’annonce, pour une destination plus lointaine, privilégions le train à l’avion.

10- Restons informés et transmettons les bons gestes

Nous vous avons donné ici quelques conseils pour passer au Zéro déchet, mais il existe de nombreux autres gestes pour réduire la quantité de vos déchets. N’hésitez pas à les découvrir et à vous tenir informés des nouveautés en parcourant des livres Zéro déchet, forums ou autres blogs sur le sujet ! De nombreuses associations Zéro déchet peuvent également vous aider.

Une fois la transition établie, transmettez vos connaissances à vos proches. Leur enseigner les bons gestes et les valeurs écologiques auxquels ils répondent leur montrera que viser le Zéro déchet n’est pas chose impossible. Une façon ludique de les convertir consiste à leur offrir des cadeaux Zéro déchet écoresponsables, à emballer dans du tissu réutilisable comme emballage ou accessoire bien sûr !

 Ainsi, passer au Zéro déchet n’a rien de très compliqué, mais est essentiel pour passer à un mode de vie durable et réduire son empreinte carbone. Il peut s’étendre à tous les autres membres de la famille, à toutes les pièces de la maison, même au bureau. Mais l’important, c’est d’y aller à son rythme et d’agrandir petit à petit son champ d’action, pour une transition sans frustration ! Nous vous conseillons de commencer le zéro déchet dans la salle de bain, pièce de la maison qui contient le plus de déchets.