mars 03, 2021 6 temps de lecture

Peut-être avez-vous, vous aussi, été sensibilisé.e récemment à l’impact néfaste de la fast fashion sur les animaux, l’environnement et les fabricants.

Difficile, ceci dit, de révolutionner son dressing lorsqu’on est entouré.e de publicités et que les grandes enseignes de mode sortent une collection par semaine, à des prix défiants toute concurrence.

Nous avons invité la marque de  mode écoresponsable et végane Minuit sur Terre pour vous donner toutes ses astuces pour faire prendre un virage éthique à votre penderie !

 

 

#1 Identifier vos critères en matière de mode

La première étape pour rendre son dressing plus éthique, c’est d’identifier ses critères de choix en fonction des problématiques qui nous semble prioritaires. Il s’agit des non-négociables en matière de mode : les choses sur lesquelles nous ne sommes pas prêt.e.s à faire de concessions.

Chaque personne a bien entendu des critères différents, en fonction de sa sensibilité et de ses attentes. Certains vont par exemple essayer d’ éviter au maximum les matières d’origine animale (cuir, laine, soie, fourrure) : le challenge va alors être de trouver des vêtements et chaussures vegan, mais aussi de bonne qualité, ce qui n’est pas toujours le cas.

D’autres vont limiter au maximum les achats neufs et devenir des pros de la seconde main.

Certains vont axer leur démarche sur la composition des vêtements et donc sur les matières, en ne choisissant que des matériaux nobles et naturels , ou encore des matériaux végétaux ou recyclés.

Enfin, d’autres vont avoir une démarche minimaliste en essayant de limiter au maximum le nombre de pièces dans leur dressing.

Pour y voir plus clair, on peut donc simplement commencer à lister les critères de choix que l’on souhaite respecter en passant à un dressing plus éthique. Cela permet d’éviter de s’éparpiller et de se décourager et de revenir faire du shopping dans les grandes enseignes dès qu’on a un coup de blues !

 

#2 Faire un tri dans son dressing

On porte 20% des vêtements que l’on possède 80% du temps : de quoi se poser des questions sur le contenu de notre dressing !

On possède souvent beaucoup plus de vêtements qu’on ne le pense. L’effet pervers de la fast fashion , c’est qu’avec la sortie de collections en permanence, nous sommes poussé.e.s à la consommation et nous avons envie d’acheter du neuf régulièrement, alors qu’on a oublié la plupart des vêtements qui sont dans notre penderie.

Un bon premier pas est de trier son dressing pour se rendre compte des trésors qui y sont cachés. Parfois, on pense qu’on a besoin d’une pièce sans se rendre compte qu’elle est déjà dans notre dressing.

Pour les méthodes de tri on peut se référer à la queen du rangement, Marie Kondo avec son livre La Magie du rangement. Il existe aussi de nombreuses méthodes pour réduire le nombre de vêtements que l’on possède.

On peut notamment citer le Projet 333 : il s’agit d’une technique créée par Courtney Carver.

Le but, c’est d’avoir 33 pièces (vêtements et accessoires confondus) à porter pour les 3 prochains mois. Généralement, cela fonctionne par saison. Tous les 3 mois, on sélectionne ensuite 33 nouvelles pièces à porter.

Une technique plutôt simple à adopter pour trier son dressing, c’est la technique des cintres : on retourne tous les cintres de sa penderie une première fois, puis on les met dans le bon sens une fois que la pièce a été portée. Toutes les pièces qui n’ont jamais été retournées au bout d’une durée définie, par exemple 6 mois ou 1 an, peuvent être données ou revendues.

Si vous découvrez au fond de votre placard de vieilles paires de chaussures fatiguées, qui sont en trop mauvais état pour être vendues, vous pouvez nous en faire don contre un bon d’achat de 10€ grâce à  notre programme Je recycle.

Elles seront par la suite broyées et mélangées à du caoutchouc recyclé pour en faire de nouvelles semelles pour nos baskets. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme !

Après le tri de notre penderie, on peut même s’engager dans une phase de “no shopping” où on n’achète aucun vêtement neuf pendant une certaine durée (1 mois, 6 mois, 1 an). Une période qui nous permet de redécouvrir tous les trésors cachés dans notre penderie !

 

 

#3 - Devenir un.e pro de l’achat de seconde main

L’ achat d’occasion peut être le parfait premier pas lorsqu’on souhaite s’orienter vers un dressing éthique, et ce pour plusieurs raisons.

Il est tout d’abord vertueux pour des raisons écologiques : il permet de limiter l’utilisation de matières premières en réutilisant un vêtement qui n’était plus porté au lieu d’en fabriquer un neuf. Acheter d’occasion permet également de moins polluer l’eau lors du lavage , car les particules plastiques qui s’évacuent dans l’eau ont été en grande partie évacuées lors des premiers lavages.

Acheter de seconde main est aussi bon pour votre portefeuille : les vêtements de seconde main sont souvent moins chers que des pièces neuves, ce qui peut même permettre de s’offrir des pièces de très belle qualité sans se ruiner.

Enfin, acheter des vêtements d’occasion permet d’avoir un style original et personnel en dénichant de jolies pépites vintage que personne d’autre que vous ne peut porter !

Pour vous procurer des vêtements de seconde main, vous pouvez découvrir les friperies de votre ville , qui regorgent souvent de pièces magnifiques. Il existe maintenant aussi de nombreux sites de vente d’occasion en ligne.

Minuit sur Terre a d’ailleurs monté sa propre plateforme de vente de seconde main, l’Aurore, qui propose des produits Minuit sur Terre d’occasion en excellent état, rachetés à nos vendeuses, mais aussi des prototypes portés lors des shootings pendant quelques minutes par nos mannequins, ou encore des paires avec des microdéfauts que nous ne pouvons pas commercialiser. Le tout à prix doux !

Le marché de la seconde main s’est considérablement développé sur Internet : on trouve maintenant de nombreux sites pour dénicher de petites pépites.

- Vinted: LA référence de l’achat d’occasion en ligne. On peut très vite se sentir submergé par la quantité de vêtements qui sont disponibles sur cette plateforme. Heureusement, il est possible de filtrer de manière très précise ses recherches (taille, couleur, marque, type de vêtement) et de faire des recherches par marque, ou encore de suivre le dressing de personnes dont on aime le style !

- On peut aussi trouver son bonheur sur Percentil, Once Again ou Patatam.

- Pour le vintage, la Marketplace Asos, Etsy ou encore CrushON regorgent de pépites.

- On peut aussi trouver des comptes Instagram de friperies qui vendent en ligne en recherchant des hashtags comme #friperie, #vintage ou #friperieenligne.

 

 

#4 - Se renseigner selon nos critères

Selon nous, donner l’information au consommateur, c’est lui donner le pouvoir pour choisir de consommer selon ses valeurs , pour se diriger vers un monde meilleur ! La transparence est donc la clé de l’éthique pour les marques, car elle permet à leurs client.e.s de choisir en toute connaissance de cause d’effectuer un achat.

A chaque fois que l’on souhaite effectuer un nouvel achat, on peut donc se poser plusieurs questions :

- Est-ce que cette pièce s’accorde avec le reste de notre penderie ?

- Est-ce que la matière convient à nos attentes ? Les matières à privilégier pour leur impact environnemental moindre sont les matières naturelles (coton biologique, lin, chanvre) ou encore les matières recyclées.

- Quel est le lieu de fabrication du vêtement ? L’atelier dans lequel il est fabriqué est-il respectueux des droits des travailleurs ?

- Quel est le degré de transparence de la marque ?

- Des labels de confiance sont-ils indiqués ? On peut notamment penser aux labels PETA Approved Vegan (pour les articles vegan et non testés), GOTS (Global Organic Textile Standard, pour l’origine biologique), GRS (Global Recycled Standard pour les matières recyclées) ou encore Ecolabel Européen (respect des droits fondamentaux et absence de substances nocives).

- Le packaging est-il réduit et/ou fait de matières recyclées ?

- La marque a-t-elle des engagements associatifs ?

- Est-ce qu’un programme de recyclage est prévu ?

 

Les réponses à ces questions vont pouvoir orienter votre achat et vous permettre d’acheter en toute conscience vos vêtements, pour un dressing qui correspondra à 100% à votre éthique.

Merci encore à Pachamamaï de nous avoir invité sur son blog. Nous espérons que ces quelques pistes vous aideront à faire prendre un tournant éthique à votre dressing !

N’hésitez pas àconsulter notre blog ou àécouter notre podcast Osez l’éthique pour découvrir d’autres conseils.