juin 24, 2021 6 temps de lecture

Acheter responsable n’est pas toujours simple. En effet, on croit souvent qu’il suffit de se tourner vers des matières naturelles comme le coton. Mais rien n’est moins vrai ! Le coton conventionnel que l’on trouve dans tous nos rayons est aujourd’hui gorgé de pesticides… Clairement, on a vu plus écologique.

Alors que faire ? Se tourner vers le coton biologique ? Oui c’est une bonne idée : pas de pesticides et pas d’OGM. Mais comment sont traités les hommes et les femmes qui le récoltent, le tissent, le teignent… ? Le fait d’être bio assure-t-il de bonnes conditions de travail ? La réponse est non.

On se tourne donc vers les labels équitables ? C’est une bonne option oui. Mais attention, si ces labels garantissent les droits des travailleurs, votre coton n'est pas forcément bio...   

Eh bien quoi, on désespère devant l’absence de solution parfaite ? Et non, on opte pour le coton GOTS ! GOTS pour Global Organic Textile Standard est un label de référence qui garantit autant les droits humains que la responsabilité environnementale. Envie d’en savoir plus ? Ça tombe bien car cet article a été rédigé en collaboration avec la marque Olly qui va tout nous expliquer sur le coton GOTS. En effet la jolie marque de lingerie éco-responsable a choisi de faire confiance à ce label depuis ses débuts et va nous expliquer pourquoi.

 

 

Tout d'abord, pourquoi se tourner vers un coton bio et éthique ?

 D’une part car la mode est l’une des industries les plus polluantes au monde, en raison de la surconsommation de vêtements mais aussi des nombreux produits chimiques utilisés pour le traitement des matières et des teintures.

D’autre part, depuis l’effondrement du Rana Plaza en 2013 qui a causé la mort de plus de mille ouvriers, on ne peut plus ignorer que les petites mains de cette industrie travaillent souvent dans des conditions dangereuses (bâtiments vétustes, manipulation de produits toxiques) pour des salaires de misère. Et cela ne concerne pas que les ateliers de confection, les ouvriers qui ramassent le coton sont eux aussi souvent exploités et exposés à des produits qui peuvent être dangereux pour leur santé. Si l’on souhaite consommer responsable et ne pas alimenter cette industrie qui dévaste l’environnement et exploite ses travailleurs, mieux vaut alors se tourner vers des matières éthiques !

Et éthique ne veut pas forcément dire naturel. Car le coton a beau être une matière naturelle, il est loin d’être exemplaire. La culture du coton conventionnel demande en effet beaucoup d’eau et de produits phytosanitaires. En effet, selon une étude de l’UNESCO, 10 000 litres d’eau seraient nécessaires à la production d’un kilo de coton soit environ 2 500 litres pour un tee-shirt. D’autre part, les produits chimiques utilisés pour faire pousser le coton et le protéger des maladies et parasites peuvent ensuite contaminer les cours d’eau et les nappes phréatiques via le ruissellement des eaux et rendre malades les populations locales. Bref, pas terrible.

 

Pour toutes ces raisons, le coton bio est une bonne alternative. Mais là encore il faut faire attention au greenwashing, car tous les labels ne se valent pas ! C’est pourquoi nous vous présentons aujourd’hui un label de confiance, le label GOTS et un coton à proscrire, le coton BCI.

 

 Le label GOTS

Le label GOTS est souvent considéré comme l’un des label les plus fiables et les plus complets.

Fiable car il est indépendant mais également car des contrôles et audits sont régulièrement effectués dans les usines certifiées GOTS.

Complet car, vous allez le voir, de très nombreux critères doivent être respectés pour obtenir la certification GOTS.

 

Les critères sociaux

Toute organisation souhaitant obtenir le label GOTS doit respecter et mettre en place les critères sociaux fixés par l’Organisation Internationale du Travail. On trouve par exemple :

  • L'abolition du travail des enfants,
  • L’élimination du travail forcé,
  • La liberté d’association et la reconnaissance du droit de négociation collective,
  • Des horaires de travail décents,
  • L’abolition du traitement brutal et inhumain.

 

Les critères sanitaires

Les critères sociaux ne suffisent pas et c’est pourquoi, pour s’assurer du bien-être des salariés, la charte GOTS prévoit des critères sanitaires stricts. Ainsi, les produits chimiques fortement toxiques tels que les colorants azoïques, les solvants aromatiques, les phtalates ou le PVC sont interdits car ils perturbent l’organisme et sont à l’origine de graves maladies et déformations.

 

Credit photo : GOTS annual report 2020

 

Les critères environnementaux

 Et le label GOTS ne s’arrête pas là ! En plus de critères permettant de protéger les employés, toute entreprise voulant être certifiée GOTS doit aussi respecter des critères environnementaux stricts.  C’est l’une des grandes forces du label GOTS : aborder la responsabilité dans son intégralité !

Ainsi, les exigences environnementales établissent :

  • L’interdiction d’une série de composés très polluants et non dégradables qui détériorent nos océans ainsi que nos sols.
  • La proscription des OGM,
  • La réduction au maximum des déchets,
  • L’utilisation d’emballages recyclables ou non nocifs pour l’environnement.
  • La mise en place d’un traitement des eaux usées efficace.

 

A noter qu’il y a deux types de labellisation GOTS : l’étiquette “GOTS biologique” et l’étiquette “GOTS composé de fibres biologiques”. La première demande que le produit fini soit composé d’au moins 95% de fibres biologiques. La deuxième impose au minimum 70% de fibres biologiques.

 

Les critères de qualité

Cerise sur le gâteau : les habits fabriqués en coton GOTS doivent respecter des critères de qualité précis : résistance aux frottements, à la transpiration, au lavage, au rétrécissement et bonne tenue des couleurs. De la vraie mode durable quoi !

On imagine que maintenant vous comprenez mieux pourquoi chez Olly nous avons fait le choix du coton GOTS pour nos petites culottes ! Pas de pesticides et pas d’OGM, on prend soin de vos fesses sans détruire la planète !

 

Crédit photo : tissus.net

 

Qu’en est-il du coton BCI ?

 Vous l’avez peut-être vu fleurir sur les étiquettes des habits de boutiques pas très éthiques, le coton Better Cotton Initiative est un label créé par WWF et Pesticide Action Network. Cette étiquette aux exigences plutôt souples trompent assez souvent les consommateurs qui croient acheter de manières responsable lorsqu’ils croisent la mention, notamment chez H&M, Levi Strauss, C&A et bien d’autres. 

 

 

Sous couverture d’une “approche holistique de la production de coton bio couvrant les trois piliers environnementaux, sociaux et économiques du développement durable”, ce système détruit la production de coton vraiment biologique. En effet, ce qui nous rassure avec le coton bio ou GOTS c’est que les règles sont strictes et les contrôles fréquents. Au contraire, la discipline à suivre pour être homologué BCI est très laxiste ce qui pousse beaucoup d’agriculteurs à opter pour ce mode de fonctionnement plutôt que de s’en tenir au bio qui est bien plus contraignant mais plus éthique et respectueux.

Pourquoi la BCI est-elle condamnable ? Certes le coton BCI a pour objectif d’amener la culture du coton vers un fonctionnement un peu plus vertueux. Malheureusement il est aussi bien moins fiable que le coton GOTS, mensonger et finalement un danger pour le coton vraiment biologique.

 

  • Pourquoi le coton BCI est-il moins fiable ? Des audits indépendants sont censés être réalisés auprès des fournisseurs de coton BCI, or selon le reportage de Cash Investigation les contrôles ne sont pas très rigoureux. On peut donc douter de la réelle application des règles par les agriculteurs et les ateliers.
  • Pourquoi le coton BCI est-il un parfait exemple de greenwashing ?

Quand vous achetez une culotte Olly en coton bio certifié GOTS, vous êtes sûr qu’au moins 95% des fibres de coton sont biologiques. Dans le cas du coton BCI, rien n’est moins sûr. En effet vous pouvez tout à fait acheter un t-shirt estampillé Better Cotton Initiative sans trouver en réalité la moindre trace de coton BCI dedans… mais un t-shirt confectionné avec 100% de coton nourri aux pesticides. Comment est-ce possible ? A partir du moment où une usine achète une petite partie de coton BCI, elle est autorisée à mentionner “BCI” sur tous les produits qu’elle fabrique alors qu’elle n’utilise pas cette fameuse matière pour tout étant donné qu’elle n’achète pas que celle-ci. Résultat vous pouvez vous retrouver avec un t-shirt 100% coton BCI, avec 20% de coton BCI ou 0% de coton BCI. Et évidemment ce petit jeu de passe-passe ne vous est pas expliqué clairement lorsque vous achetez votre t-shirt BCI. Bref, en termes de transparence on repassera.

  • Pourquoi le coton BCI est un danger pour le coton bio ?L’ennui c’est que les rendements agricoles sous l’égide du BCI poussent les agriculteurs à rejoindre le programme plutôt qu’à se faire labelliser GOTS. Les règles beaucoup plus souples du coton BCI permettent en effet une meilleure rentabilité au détriment des travailleurs et de l’environnement. Ainsi, selon Better Cotton Initiative, le coton BCI représentait en 2018-2019 22% de la production mondiale.

 

C’est pour toutes ces raisons que nous, consommateurs, avons un rôle à jouer en refusant le greenwashing et en se tournant vers des labels fiables comme GOTS. Certes, nous payerons plus cher notre t-shirt mais nous soutiendrons aussi une économie plus équitable et plus écologique. Et heureusement de plus en plus de marques comme Olly utilisent du coton bio certifié GOTS et vous permettent d’acheter en toute confiance.

 

 

 

 

 

 

 

Sources :

https://www.youtube.com/watch?v=_8dwxQGMgBw (cash investigation)

https://bettercotton.org/better-cotton-standard-system/

https://fr.fashionnetwork.com/news/coton-epinglee-par-cash-investigation-la-better-cotton-initiative-repond,896917.html

https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/video-cash-investigation-le-label-bci-sur-les-etiquettes-des-vetements-est-il-en-train-de-tuer-la-filiere-du-coton-bio_2490053.html

https://www.wedressfair.fr/labels/gots

https://global-standard.org/