mai 18, 2022 6 temps de lecture

Il y a une vingtaine d’année, la Fast Fashion est venue bouleverser le monde de la mode et marquer un changement majeur dans l’industrie du textile :  les vêtements sont devenus plus abordables, les cycles de tendance se sont raccourcis et multipliés, et le shopping est devenu une forme de divertissement. 🛍 Cependant, l'environnement, menacé par l’émergence, puis l’encrage, de cette tendance dans l'industrie du textile, demeure une préoccupation prééminente et significative du 21ème siècle. Pour les consommateurs, il est temps de se tourner vers des alternatives plus éthiques et durables : la Slow-Fashion. 🌿 Pour l’industrie de la mode, tout l’enjeu est donc d’initier un changement, sur le long terme, intégrant les contraintes liées à l’environnement et à la société. Un changement durable. 

 

Aujourd’hui, on parle de fast et de slow, on parle vêtement et environnement, pollution mais surtout solutions ! 🙌

 

 

La Fast Fashion : de l’autre côté des vitrines …

Apparue dans les années 90 puis popularisée, la « Fast Fashion », aussi appelé « mode éphémère » en français, s’est imposée depuis dans nos habitudes de consommation, marquant un changement durable dans l’industrie textile. 👕 Accéléré plus récemment sous l’impulsion des réseaux sociaux, le phénomène repose sur un renouvellement très rapide des articles en magasin et l’adaptation perpétuelle des collections aux exigences de la demande. Finalement, la fast-fashion pourrait être résumé à cela : des tendances éphémères inspirées des grands noms de la mode à des prix accessibles et attractifs au grand public.

 

  • Des vêtements au prix de l’environnement

Il est important de rappeler que l’industrie textile figure parmi les plus polluantes. En effet, lorsque l’on regarde dans le détail, les chiffres donnent le vertige 🤯 : celle-ci représente 2% du total des émissions de gaz à effet de serre dans le monde avec plus de 80 milliards de vêtements vendus chaque année avec une durée de vie limitée, puisque, en moyenne une pièce ne sera portée que cinq fois avant d’être jetée. 600 000 tonnes de vêtements sont mises en vente chaque année en France, une production massive et nuisible pour l’environnement.

 

Tout au long du cycle de vie d’un produit, des substances toxiques interviennent et entraînent par conséquent des effets néfastes sur l’environnement. La production de vêtements sollicite également différentes ressources à commencer par l’eau pour la culture du coton et les processus de teintures. Pour la fabrication d’un jean par exemple, entre 7 000 et 11 000 litres d’eau sont nécessaires soit l’équivalent 285 douches ! 🚿😨

 

Si cette production effrénée s’avère nocive pour l’environnement, elle l’est tout autant pour l’humain : pétrole, teinture, produits chimiques autant de substances utilisées dans les usines qui sont néfastes pour la santé. L’enjeu éthique est donc lui aussi important. 

 

  • Quelle éthique derrière vos étiquettes ?

L’industrie du textile utilise dans la fabrication des vêtements des substances qui sont également dangereuses pour la santé. ⚠️ Des colorants susceptibles de libérer des amines cancérogènes entrent dans la composition des teintures. D’autres substances dangereuses interviennent également à différentes étapes du processus de fabrication des vêtements.

 

Ces vêtements fabriqués, vendus à des prix accessoires puis jetés multiplient les coûts humains et environnementaux à chaque étape de leur cycle de vie. Même si la concentration en substances toxiques de chaque vêtement peut sembler infime, au regard du nombre d’articles textiles qui circulent sur la planète, les quantités de produits toxiques qui finissent par être rejetées et s’accumulent dans l’environnement sont colossales.

 

Face à cela il est essentiel de se questionner : Sommes-nous prêts à renouveler notre garde-robe au prix de l’environnement ? 🤔

 

 

 

Irréversible mais pas inarrêtable

Des alternatives de Slow Fashion, s’opposant par définition au Fast Fashion, permettent d’inverser la tendance. Le recyclage de nos vêtements incarne une solution véritablement durable. Cette alternative recouvre différentes pratiques : achats d’articles de seconde main en friperie ou magasin spécialisé, augmenter la durée de vie d’un article en lavant moins, réparant plus, et s’en séparer sans polluer par l’échange de vêtements et d’accessoires d’occasion sur des applications gratuites. En bref, il existe de multiples pratiques pensées et déployées autour des 5R du zéro déchet ! ♻️🌿

 

  • Se tourner vers des marques engagées et des labels de qualité 

Au moment de constituer votre garde-robe capsule, tournez-vous vers des marques conscientes de la portée économique, sociale et environnementale de leurs actions et considérant les besoins des générations présentes et futures. Ces marques engagées visent l’un des plus grands défis de l’industrie textile : répondre aux exigences de la tendance en limitant leur empreinte sur l’environnement et la société. Pour pouvoir vous assurer de la sincérité des engagements d’une marque, commencez par vous référer aux labels et certifications apposés sur les articles. Vous n’avez pas besoin de les apprendre par cœur, un screen des quelques points qui suivent vous permettra de ne plus jamais vous trompez lorsqu’arrive le moment de choisir vos vêtements !

 

OEKO-TEX® standards at a glance Oeko-Tex Made in Green : basé sur la certification STANDARD 100, il garantit que le produit a été fabriqué dans le cadre d’un processus responsable et dans le respect des conditions de travail.

GOTS | Labelinfo GOTS : une certification attestant que le coton entrant dans la composition d’un textile est issu à au moins 75% de l’agriculture biologique.

Écolabel européen — Wikipédia Ecolabel Européen : il évalue l’impact environnemental d’un produit tout au long de sa durée de vie. Il prend en compte le cycle de vie du produit depuis l’extraction des matières premières jusqu’au recyclage ou l’élimination en fin d’usage.

 

L’ampleur et l’évolution de la Fast Fashion nécessitent de changer les habitudes. Les marques peuvent agir dans leur production et le transport de leurs produits textiles qui sont les phases ayant le plus fort impact environnemental. Un des leviers d’action principaux pour modérer l’empreinte du secteur sur l'environnement passe par un ralentissement de la consommation et l’allongement de la durée d’usage des textiles. En matière de longévité du textile, la qualité des tissus sélectionnés est un facteur déterminant. Maintenant c’est à vous de jouer ! 😉

 

  • Agir positivement

Si les conséquences de la Fast-Fashion sont irréversibles, il n’est pas pour autant trop tard pour opter pour des alternatives plus durables et éthiques. En effet, à l’aube du changement il est temps de revoir ses habitudes. Car on a beau se déplacer à vélo et glisser un déodorant solide dans notre sac de sport, si nous continuons à acheter tous les jours un nouveau t-shirt notre impact écologique reste inchangé. Il est donc temps de faire une place aux vêtements de seconde main dans votre armoire et d’opter pour un dressing éthique et responsable pour pallier les dérives sociales et environnementales de la Fast-Fashion. Suivez la tendance et adhérez à la Slow Fashion ! 🌿✨

 

Faire le tri :On porte 20% des vêtements que l’on possède 80% du temps : de quoi se poser des questions sur le contenu de notre dressing…🙃 Un bon premier pas est de trier son dressing pour se rendre compte des trésors qui y sont cachés. Parfois, on pense qu’on a besoin d’une pièce sans se rendre compte qu’elle est déjà dans notre dressing.

 

Opter pour la seconde main :L’achat d’occasion peut être le parfait premier pas lorsqu’on souhaite s’orienter vers un dressing éthique. De plus, le marché de la seconde main s’est considérablement développé sur Internet : on trouve maintenant de nombreux sites pour dénicher de petites pépites. Écologique, éthique, économique, vous avez toutes les raisons d’y succomber ! 🤩

 

Acheter en pleine conscience :A chaque fois que l’on souhaite effectuer un nouvel achat, on peut donc se poser plusieurs questions 🙄 : Est-ce que cette pièce s’accorde avec le reste de notre penderie ? Est-ce que la matière convient à nos attentes ? Quel est le lieu de fabrication du vêtement ? L’atelier dans lequel il est fabriqué est-il respectueux des droits des travailleurs ? Quel est le degré de transparence de la marque ? Des labels de confiance sont-ils indiqués ? Les réponses à ces questions vont pouvoir orienter votre achat et vous permettre d’acheter en toute conscience vos vêtements, pour un dressing qui correspondra à 100% à votre éthique et votre style !

 

 

Alors, prêt.e.s à bousculer vos habitudes de la salle de bains, au dressing en passant par la cuisine ? 👀 La slow life vous appartient et si jamais vous manquez d’astuces n’hésitez pas à parcourir le blog, il en regorge !